Chroniques
Ma'ohi Tribune Ma'ohi Tribune

 

    'Ia ora na / Bonjour / Hello


    'A fa'ari'i mai i tō mātou aroha / Reçois notre salut / Three-language greeting of peace !

 

    Ihi o te reva / La météo / Weather service : à Tahiti - Faaa

 


Météo - Tutiempo.net

Quel est le prix du gramme de cocaïne ?

La mise en perspective des chiffres de l'Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT)


Comparaison du prix entre le début des années 1990 et en 2016.


18 Avril 2016 - 12:30
     

Sachets de cocaïne © Couperfield
Sachets de cocaïne © Couperfield
La réponse commence dans une dépêche de l'AFP le dimanche 17 avril 2016 intitulée "Trafic de drogue : 45 kg de cocaïne interceptés après un vol Rio-Paris, cinq suspects mis en examen".

L'agence indique à la fin de l'article : "Selon des chiffres de l'Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT), le gramme de cocaïne coûte environ 65 euros".

Il y a deux ans, en 2014, le prix moyen du gramme était de 75 euros. Il y a 25 ans, au début des années 1990, le gramme était vendu le double : 1.000 FF soit 152 €.

Le chlorhydrate de cocaïne provient de la distillation des feuilles de coca de l'arbuste appelé cocaïer. Il n'est pas vendu pur et les produits de coupage les plus fréquents sont le saccharose (jusqu'à 60 %), sucre commercial issu de la betterave à sucre, et la phénacétine (environ 30 %), un analgésique retiré de la vente en 1983. L'analyse d'échantillon de cocaïne présentée comme "pure" ne contiendrait que 8 % de cocaïne...

Sur le marché, 1 tonne de saccharose peut être acheté 20.000 dollars américains (17.000 euros), voire moins, soit 1 million de grammes de saccharose à 0,02 $ le gramme (0,017 € le gramme) !

L'usage de cocaïne comporte des risques physiques et psychiques graves à court et à long terme. Le sevrage est long et difficile. Il vaut mieux ne pas s'y risquer.

Le trafic de cocaïne peut être constitué lorsqu'on va en chercher pour rendre service à des amis qui en font la demande, ou lorsqu'on traverse la frontière avec, y compris pour sa consommation personnelle.

Le délit de trafic de stupéfiants est punissable de 10 ans de prison et de 7,5 millions d'euros d’amende (art. 222-36 et 222-37 du code pénal). La cession (donner ou vendre) ou l’offre illicite de stupéfiants à une personne en vue de sa consommation personnelle est punie de 5 ans de prison et 75.000 euros d’amende (art. 222-36 du code pénal).


Le simple usager est moins pénalisé : il encourt jusqu’à un an d’emprisonnement et 3.750 € d’amende (art. L3421-1 du Code de la santé publique). Mais en pratique, le simple usager de drogue encourt des peines alternatives (art. 131-6 du Code pénal et art. 41-1 et 41-2 du Code de procédure pénale) : rappel à la loi, injonction thérapeutique, suspension du permis de conduire, confiscation du véhicule, ...

Si l'usager de drogue est une 
personne dépositaire de l'autorité publique ou chargée d'une mission de service public, ou membre d’une entreprise de transport de marchandises, ou un voyageur mettant en cause la sécurité des passagers, la peine peut atteindre 5 ans d’emprisonnement et/ou 75.000 € d’amende.

 


Lire aussi









E riro 'outou i te au / Vous pourriez également aimer / You might also like
< >

Lundi 25 Octobre 2021 - 16:19 Portes ouvertes d'Anvers aux Abbesses

Tahiti | Paris Ile-de-France | France et Europe | Pacifique etc | A l'étranger | Paris News Post | Editions | Ils sont cités | Scope