Qui convoite la place au métro Convention ?

Un voeu adopté pour la dénomination d'une place de la laïcité à la station de métro Convention dans le 15e arrondissement de Paris.


Le voeu, rejeté au conseil du 15e arrondissement, est voté à la majorité des voix au conseil de Paris le 26 septembre 2011 : la place "identifiée au métro Convention" deviendra le 9 décembre 2011 "la place de la Laïcité".


Gilles Dambier, Théo Cyiva et Vaea Devatine
5 Octobre 2011 - 18:48
     

Le marché gourmand vient de se terminer le 1er octobre 2011 à la Place de la Convention, ainsi fixée sur les banderoles ; une appellation de fait attribuée par les habitants et les commerçants pour la place sans nom qui coupe la rue de la Convention au niveau de la station de métro Convention. Une place convoitée : le conseil de Paris vient de voter à la majorité la dénomination d'une "Place de la laïcité".

Quel symbole le conseil de Paris attache-t-il à la place sans nom qui coupe la rue de la Convention à Paris ?
La Convention, le mot fait frémir ou enthousiasme.
La Convention, c'est l'Assemblée constituante qui gouverna la France pendant la Révolution de 1792 à 1795, dans sa phase radicale ; son premier président est Maire de Paris.
C'est Danton puis Robespierre avant que Barras, celui qui fait tomber Robespierre, et les Thermidoriens ne mettent un terme à la Terreur.
Le point culminant : le procès et l'exécution de Louis XVI, ou comment séparer par la décapitation le Roi divin de la Nation, la tête d'un côté, le corps de l'autre.
Il y a quelques mois le conseil de Paris refusait de donner le nom d'une voie parisienne à Robespierre et le Maire de Paris s'honorait qu'aucune rue Thiers n'existe à Paris, alors qu'elle traverse le 16e arrondissement.
Cette place au sein de la rue de la Convention doit avoir un nom. Certains avaient projeté, il y a quelques mois, de l'attribuer à Geneviève Anthonioz de Gaulle, résistante pendant la Seconde guerre mondiale. Aujourd'hui, c'est le voeu voté qui retient le nom de "Place de la laïcité".
La place sans nom qui coupe la rue de la Convention au niveau de la station de métro Convention - Photo : Vaea Devatine.
La place sans nom qui coupe la rue de la Convention au niveau de la station de métro Convention - Photo : Vaea Devatine.

Répondant aux considérants de Claude Dargent (PS) conseiller de Paris du 15e arrondissement, la Première adjointe au Maire de Paris, Anne Hidalgo (PS) s'exprime au nom de l'exécutif : "la laïcité, c'est un fondement de la République, elle est le pilier de notre institution, de la liberté d'opinion, de culte et de non-culte".
Dans une explication de vote, Alexis Corbière (PC), conseiller de Paris du 12e arrondissement, tient à préciser qu'il ne s'exprime pas au nom de son groupe et qu'il va "à l'essentiel" : "C'est avant tout un principe d'organisation des dépenses publiques", explique-t-il car la Mairie de Paris "donne des subventions à des crèches confessionnelles" d'un montant supérieur "à ce que la loi autorise (...) et je souhaite que l'observation de la laïcité soit affirmée, respectée".
Marinette Bach (PS), conseillère du 20e arrondissement demande à "soutenir ce voeu (...) il existe une place de la Concorde, un parvis des Droits de l'Homme (...) ce n'est pas un mot vide de sens". Elle se réjouit de l'inauguration prévue le 9 décembre, "date anniversaire de la loi de 1905 sur la séparation de l'Eglise et de l'Etat et du Sermon de Vincennes pour la défense de l'école publique".
Sylvain Garel, pour le groupe Europe Ecologie Les Verts et Apparentés, indique que son groupe ne votera pas le voeu : "la seule place, ce serait la place Jean-Paul II !" (ndlr : le parvis de la cathédrale Notre Dame de Paris).
Pour les habitants et les commerçants du quartier, la place sans nom s'appelle Place de la Convention - Photo : VD.
Pour les habitants et les commerçants du quartier, la place sans nom s'appelle Place de la Convention - Photo : VD.

Anne Hidalgo intervient de nouveau pour "dire que la laïcité permet le vivre ensemble."

Le Président Nicolas Sarkozy avait appelé, dans son discours de Latran à Rome en décembre 2007 puis à l'Elysée en septembre 2008, à la laïcité positive : "Nos sociétés ont besoin de respect, de dialogue et de tolérance". Alors, pourquoi pas la "Place de la laïcité positive", une appellation plutôt correcte pour réparer les effets dévastateurs de la Convention ayant nié tout "vivre ensemble" ?
Passer de la place sans nom, dite "place de la Convention", rappelant la Terreur, à la "Place de la laïcité", dont le concept naît sous la IIIe République, voilà un raccourci historique bien embêtant pour ceux, notamment les jeunes, qui n'ont plus de repères historiques.
S'il s'agit de donner le change à ce mot terrible, la "Convention", qui a tranché les racines de la France et dont les effets sont encore ressentis aujourd'hui, pourquoi ne pas avoir attribué la place sans titre à celui qui a rétabli l'équilibre en faisant tomber Robespierre : Barras ?
Une place Paul Barras (1755 - 1829) que n'existe pas encore à Paris, du nom de celui qui incarne la tolérance dans l'esprit de la laïcité, chère à Claude Dargent, à Alexis Corbière, à Marinette Bach, à Sylvain Garel, à la Première adjointe au Maire de Paris et au Président de la République.


Articles :
- Partie 1 : La Terreur sous la Révolution aurait-elle pu être évitée il y a 220 ans ?
- Partie 2 : La Terreur sous la Révolution aurait-elle pu être évitée il y a 220 ans ?
- Partie 3 : La Terreur sous la Révolution aurait-elle pu être évitée il y a 220 ans ?
- Partie 4 : La Terreur sous la Révolution aurait-elle pu être évitée il y a 220 ans ?
- Partie 5 : La Terreur sous la Révolution aurait-elle pu être évitée il y a 220 ans ?
- Partie 6 : La Terreur sous la Révolution aurait-elle pu être évitée il y a 220 ans ?
- Partie 7 : La Terreur sous la Révolution aurait-elle pu être évitée il y a 220 ans ?
- Partie 8 : La Terreur sous la Révolution aurait-elle pu être évitée il y a 220 ans ?
- Partie 9 - dernière partie : La Terreur sous la Révolution aurait-elle pu être évitée il y a 220 ans ?

- 24 septembre 2012 : « La République est une et indivisible » depuis 220 ans
- 22 septembre 2012 : 220e anniversaire de la naissance de la République.
- 10 août 2012 : 220e anniversaire de la chute de la Monarchie.

- 22 juin 2011 : Le Maire de Paris ne connaît pas la rue Thiers.
- 15 juin 2011 : Une guillotine à l’Hôtel Drouot.
Le marché gourmand du 29 septembre au 1er octobre 2011 sur la Place dite de la Convention - Photo : VD.
Le marché gourmand du 29 septembre au 1er octobre 2011 sur la Place dite de la Convention - Photo : VD.








E riro 'outou i te au / Vous pourriez également aimer / You might also like
< >

Lundi 25 Octobre 2021 - 16:19 Portes ouvertes d'Anvers aux Abbesses

Tahiti | Région Pacifique | France et Europe | Paris Ile-de-France | Paris News Post | Editions | Cités


ACCUEIL

Newsletter
Facebook
Twitter
YouTube


 

La boîte à archives


Un élu peut être critiqué plus librement que les citoyens ordinaires

La France a été condamnée par la Cour Européenne des Droits de l’Homme le 6 octobre 2011 pour avoir violé la liberté d’expression.

L'invective politique dans le cadre du mandat syndical fait partie intégrante du droit à la liberté d'expression.

Un élu peut-il faire condamner des syndicalistes un peu trop critiques à son égard ? L'invective politique dans le cadre du mandat syndical peut-elle être sanctionnée par les juges ?

Dans la décision de la Cour Européenne des Droits de l’Homme du 6 octobre 2011, l'invective politique dans le cadre du mandat syndical fait partie intégrante du droit à la liberté d'expression.

Dans cette affaire, deux syndicalistes de l’Union syndicale professionnelle des policiers municipaux (USPPM) distribuent des tracts : une fonctionnaire de police, ayant eu un litige avec un maire, ayant été sanctionnée par celui-ci et mise en cause dans deux numéros du bulletin municipal, porte plainte pour injures publiques et subornation de témoin.
Ils sont attaqués par le maire pour des propos, selon celui-ci, "clairement diffamatoires", dans le but de le discréditer en tant qu’élu aux yeux de la population de sa commune.

Maître Gérard Ducrey , Avocat au Barreau de Paris commente pour Paris Tribune la décision de la Cour Européenne des Droits de l’Homme du 6 octobre 2011. Une décision qui doit inciter les élus de Paris à ne pas demander à des juges d’arbitrer le débat public, même polémique, car il participe à la société démocratique.

Vaea Devatine