Rama Yade : ce qu’une femme doit savoir avant de faire de la politique


Pour les 100 ans de la Journée internationale de la Femme, l’association Paroles de Femmes a mis les petits plats dans les grands en organisant le 7 mars un dîner-débat sur la question de la femme en politique.


9 Mars 2010 - 14:29
     

A côté d’Anne Hidalgo, tête de liste PS à Paris aux régionales, de Bariza Khiari, sénatrice PS, de Valérie Hoffenberg, conseiller de Paris du 16e arrondissement, et de Christine Boutin, Présidente du Parti chrétien-démocrate, Rama Yade donne le ton : « Je me suis engagée parce que Nicolas Sarkozy m’a donné ma chance. Et cette chance n’est rien si on n’a pas de compétences, en terme d’expériences et de résistance. La politique c’est comme les discothèques : on laisse d’abord rentrer les habitués. Toute seule, on ne peut pas s’imposer. C’est important de ne pas être seule. Le milieu politique est violent. Tout n’est que bagarre, tout n’est que combat ».
Avis aux candidates : « Il y a une dureté à laquelle la politique habitue. Ce n’est pas facile, les obstacles viennent de partout ».
Au centre : Rama Yade et Olivia Cattan, présidente de l'Association Paroles de Femmes organisatrice du Trophée féminin du Mérite
Au centre : Rama Yade et Olivia Cattan, présidente de l'Association Paroles de Femmes organisatrice du Trophée féminin du Mérite

La conseillère municipale d’opposition à Colombes, « une ville difficile » qui ne lui a pas été donné et où elle doit se battre, reconnaît que « la société française est prête mais il y a des résistances politiques. Ce n’est pas propre à mon parti. Quand on laisse entrer les femmes en politique, c’est la porte ouverte à la jeunesse et à la diversité. Ce qui m’étonne, c’est qu’on compte sur la neutralisation des talents plutôt que sur les talents ». Parfois remise à sa place par les femmes politiques de gauche Anne Hidalgo et Bariza Khiari, la secrétaire d’Etat aux Sport précise : « Je n’ai aucune certitude sur l’avenir. Les parcours politiques se font à l’Assemblée nationale. Je suis à ma 4ème campagne mais encore jamais sur mon nom… la prochaine fois, je l’espère... car tout se mérite ».
Si la numéro 2 de la liste UMP aux régionales dans les Hauts-de-Seine a peu de mal à livrer le fond de sa pensée, son tableau sur la place des femmes en politique, éclairé sans faux-semblant par le rôle joué par les hommes, reste assez sombre. La porte-parole de l’UMP pour les régionales s'est surtout fait remarquer par son silence sur la future réforme territoriale et son mode de scrutin. Elle aurait pu être adoptée le 8 mars 2010, soit 100 ans après la création de la Journée Internationale de la Femme, cela aurait été un recul. Aucune parité n’est exigée sur les scrutins de liste, la clé pour les françaises pour entrer en politique.
Anne Hidalgo, l'animateur, Rama Yade et Fayçal Douhane, le seul homme invité à débattre sur l’engagement politique au féminin
Anne Hidalgo, l'animateur, Rama Yade et Fayçal Douhane, le seul homme invité à débattre sur l’engagement politique au féminin




Vaea Devatine
Formations universitaires modestes, en droit, en sciences sociales appliquées, en langues et... En savoir plus sur cet auteur





E riro 'outou i te au / Vous pourriez également aimer / You might also like
< >

Lundi 25 Octobre 2021 - 16:19 Portes ouvertes d'Anvers aux Abbesses

Tahiti | Région Pacifique | France et Europe | Paris Ile-de-France | Paris News Post | Editions | Cités


ACCUEIL

Newsletter
Facebook
Twitter
YouTube


 

La boîte à archives


Un élu peut être critiqué plus librement que les citoyens ordinaires

La France a été condamnée par la Cour Européenne des Droits de l’Homme le 6 octobre 2011 pour avoir violé la liberté d’expression.

L'invective politique dans le cadre du mandat syndical fait partie intégrante du droit à la liberté d'expression.

Un élu peut-il faire condamner des syndicalistes un peu trop critiques à son égard ? L'invective politique dans le cadre du mandat syndical peut-elle être sanctionnée par les juges ?

Dans la décision de la Cour Européenne des Droits de l’Homme du 6 octobre 2011, l'invective politique dans le cadre du mandat syndical fait partie intégrante du droit à la liberté d'expression.

Dans cette affaire, deux syndicalistes de l’Union syndicale professionnelle des policiers municipaux (USPPM) distribuent des tracts : une fonctionnaire de police, ayant eu un litige avec un maire, ayant été sanctionnée par celui-ci et mise en cause dans deux numéros du bulletin municipal, porte plainte pour injures publiques et subornation de témoin.
Ils sont attaqués par le maire pour des propos, selon celui-ci, "clairement diffamatoires", dans le but de le discréditer en tant qu’élu aux yeux de la population de sa commune.

Maître Gérard Ducrey , Avocat au Barreau de Paris commente pour Paris Tribune la décision de la Cour Européenne des Droits de l’Homme du 6 octobre 2011. Une décision qui doit inciter les élus de Paris à ne pas demander à des juges d’arbitrer le débat public, même polémique, car il participe à la société démocratique.

Vaea Devatine