Saisie d'armes exceptionnelle par la Sécurité territoriale des Hauts-de-Seine

Nouvelle prise importante d'armes, de drogues et de liquidités en petite couronne


La Sûreté territoriale des Hauts-de-Seine met à jour un stock d'armes de guerre destiné à protéger le trafic de drogues.


4 Juin 2017 - 10:42
     

3 juin 2017 - Saisie record d'armes avec drogues par la Sûreté territoriale des Hauts-de-Seine © Police nationale
3 juin 2017 - Saisie record d'armes avec drogues par la Sûreté territoriale des Hauts-de-Seine © Police nationale
Révélée par Le Parisien mis rapidement au courant par une source proche de l'affaire, la saisie de 550 kilos de drogues (cannabis) le 3 juin 2017 à Chatenay-Malabry (92290) et Massy (91300) en Ile-de-France comporte aussi trois Kalachnikov, deux pistolets, un fusil à pompe, un revolver et deux mitraillettes Sten de la Seconde Guerre mondiale. Cela en dit long sur la détermination des trafiquants de drogues à protéger, en tuant s'il le faut, les marchandises illicites en provenance du sud de la Méditerranée dont le Maroc. Sept personnes, toutes connues par les services de police, ont été placées en garde à vue (4 jours maximum soit 96 heures maximum).

Il y a un an, le 20 juin 2016, une enquête de la Sûreté territoriale des Hauts-de-Seine et du Val-de-Marne à partir d'une « voiture - ventouse » stationnée en permanence dans le quartier du Petit Nanterre (92000) et à Saint-Maurice (94410) a permis à l'unité spéciale de réaliser sa saisie record : un peu plus de 700 kilos de cannabis marocain répartis dans des valises de 30 kilos. 

20 juin 2016 - Saisie record de cannabis par la Sûreté territoriale des Hauts-de-Seine © Police nationale.
20 juin 2016 - Saisie record de cannabis par la Sûreté territoriale des Hauts-de-Seine © Police nationale.





Tahiti | Région Pacifique | Paris Ile-de-France | Scope | Paris News Post | France Europe | A l'étranger | Cités


Facebook
Twitter
Newsletter
YouTube


Actualités, la boîte à archives

 

La CEDH condamne la violation de la liberté d’expression : les explications

 

Dans cette affaire, deux policiers syndiqués sont attaqués par un maire pour leurs propos.