Salah Abdeslam conteste la mise sous vidéo surveillance de sa cellule

Salah Abdeslam au Palais de justice de Paris


Le prévenu entendu pour la première fois par les juges d'instruction à Paris.


20 Mai 2016 - 12:42
     

Salah Abdeslam © Police nationale
Salah Abdeslam © Police nationale
Un hélicoptère a survolé Paris au petit matin : dans une voiture banalisée, Salah Abdeslam est arrivé au Palais de justice de Paris peu après 7h le vendredi 20 mai 2016.

Maître Franck Berton, conseil de Salah Abdeslam, a indiqué à l'AFP que son client,  "n'a pas souhaité s'exprimer" à l'issue de l' audition et "qu'il le ferait plus tard"

Dominique Verdeilhan, chroniqueur judiciaire sur France 2, précise sur Twitter
"L'audition d'Abdeslam finie. Il ne peut pas s'exprimer protestant contre vidéo surveillance de sa cellule".

"Selon le parquet Abdeslam n'a pas justifié devant les juges son refus de s'exprimer".
@verdeilhan sur Twitter le 20 mai 2016 à 11h16 et 11h40.


Salah Abdeslam, inculpé en Belgique pour "assassinats terroristes et participation aux activités d’un groupe terroriste", a été extradé en France suite à un mandat d'arrêt européen émis par Paris. 

Il a été mis en examen le 27 avril 2016 à Paris pour "assassinat à caractère terroriste détention et usage d'armes et d'explosifs, et séquestration pour les faits commis dans la salle de spectacle du Bataclan"

Réputé dangereux et placé dans un quartier d'isolement de la prison de Fleury-Mérogis dans l'Essonne (91), le seul survivant du commando terroriste du 13 novembre 2015 à Paris est "pris en charge par une équipe de surveillance dédiée, composée de surveillants aguerris", avait annoncé le garde des Sceaux ministre de la Justice Jean-Jacques Urvoas.




Mots-clés de l'article : attentat, juge, urvoas, videoprotection, videosurveillance


Océanie | Région Pacifique | Paris Ile-de-France | Scope | Paris News Post | France Europe | A l'étranger


Facebook
Twitter
Newsletter
YouTube


Actualités, la boîte à archives

 

La CEDH condamne la violation de la liberté d’expression : les explications

 

Dans cette affaire, deux policiers syndiqués sont attaqués par un maire pour leurs propos.