TVA à 5.5 : prix du café (re)serrés sur les Champs

Huitième Tribune


La ristourne du gouvernement aux restaurateurs ne parvient pas à détrôner les Champs-Elysées de son podium « d’avenue la plus chère du monde ».


Ghislain Fornier de Violet
18 Juillet 2009 - 20:44
     

Chute relative des prix

L'application de la TVA à 5.5% : quel magnifique prétexte pour commander un café au soleil dans l'un des lieux les plus prestigieux de la capitale. Dans la restauration, le café fait généralement partie des 7 produits de consommation revus à la baisse.
TVA à 5.5 : prix du café (re)serrés sur les Champs

Au dessus de la moyenne

Du Macdo au Fouquet’s, on peut donc maintenant déguster un petit noir à moindre coût. Même si l’expresso du Fouquet’s surpasse sans aucun doute celui du Macdo, tant en terme de prix que de qualité.

En moyenne, le café pris hors-comptoir et en journée sur les Champs-Elysées subit une baisse de 6.6%, passant de 3 euros à 2.80 euros. Cette moyenne n’est toutefois pas pertinente, puisque les brasseries de luxe pratiquent des prix élevés, jusqu'à 7.00 euros le "petit noir" (8.00 euros avant la baisse de la TVA), et les chaînes de restauration rapide restent à 1.00 euro et 1.50 euros la tasse. Certains cafés sont également majorés en soirée, comme au Madrigal à partir de 23h30.

2.80 euros ne vous ouvriront donc pas les portes de tous les cafés. Le café sur les Champs-Elysées reste largement au-dessus de la moyenne parisienne, qu’on peut établir à environ 2.40 euros. Standing oblige.



Mots-clés de l'article : 8e arrondissement, café, champs-élysées, TVA


Nouveau commentaire :

Les opinions sont libres à la condition de respecter les limites fixées par la Loi et par la jurisprudence.

Tahiti | Région Pacifique | Paris Ile-de-France | Scope | Paris News Post | France Europe | A l'étranger | Cités


Facebook
Twitter
Newsletter
YouTube


Actualités, la boîte à archives

 

La CEDH condamne la violation de la liberté d’expression : les explications

 

Dans cette affaire, deux policiers syndiqués sont attaqués par un maire pour leurs propos.