Tabassé car il ne fume pas

Quatre enfants mineurs et un adulte auteurs de coups dans le 13e arrondissement de Paris.


Un demande de cigarette qui tourne mal.


22 Juillet 2011 - 16:00
     

© gezzeg - Fotolia.com
© gezzeg - Fotolia.com
Le 22 juin, 21 heures, un apprenti pâtissier de 19 ans regagne son domicile du 13e arrondissement de Paris.
Rue du Docteur Magnan, il est abordé par un jeune du quartier âgé de 12 ans qui lui réclame une cigarette. Il lui répond par la négative et poursuit son chemin. Le refus qu’il a essuyé conduit l’adolescent à rejoindre sa bande d’amis - plus âgés - la douzaine de jeunes invective alors l’apprenti, celui-ci se met à courir ; il est pourchassé par cinq individus, ils le rattrapent à hauteur du parc de Choisy, le plaquent contre un grillage, lui portent un violent coup de poing à l’œil et le rouent de coups. Il parvient malgré tout à se relever et à atteindre son domicile.
Le lendemain, il est opéré en urgence ; il se voit prescrire 30 jours d’ITT susceptibles d’être revus à la hausse en cas de confirmation de la perte de l’usage de son œil.

Après plusieurs jours d’hospitalisation, il dépose plainte auprès du service de l’accueil et de l’investigation de proximité (SAIP) du 13e arrondissement.
Il reconnaît sur photographie le jeune de 12 ans qui l’a abordé. Celui-ci est placé en retenue judiciaire le 8 juillet et dénonce les auteurs des violences. Interpellés les 8 et 9 juillet, âgés de 14, 15, 17 et 18 ans, le plus jeune détaille le rôle de chacun, ce que confirme celui de 12 ans. Les trois autres nient.
Ils ont tous été déférés au Parquet des mineurs en vue de l’ouverture d’une information judiciaire.

Source : Service de la communication de la préfecture de police de Paris.





Océanie | Région Pacifique | Paris Ile-de-France | Scope | Paris News Post | France Europe | A l'étranger


Facebook
Twitter
Newsletter
YouTube


Actualités, la boîte à archives

 

La CEDH condamne la violation de la liberté d’expression : les explications

 

Dans cette affaire, deux policiers syndiqués sont attaqués par un maire pour leurs propos.