Thomas Lauret et la mobilité

Vivre les débats au conseil de Paris.


Thomas Lauret pendant la question d'actualité relative aux Jeux Olympiques et Paralympiques 2024 et le vœu 119 sur les voies réservées aux véhicules propres, vœu rattaché à la délibération 2018 DEVE 54 relatif aux objectifs liés à la mobilité du Nouveau Plan Climat Air Énergie.


21 Mars 2018 - 23:23
     

Thomas Lauret est un élu qui vit ses textes et ceux des autres. Il n'est pas indifférent mais différent.

Le conseiller de Paris du 16e arrondissement de Paris est inscrit pour s'exprimer au nom des deux groupes macronistes au conseil de Paris, les Démocrates et Progressistes (DP) et les Progressistes, Parisiens, Constructifs et Indépendants (PPCI).

Avant son intervention, Thomas Lauret (DP, ex-PS devenu LREM) écoute sa collègue de groupe Fadila Mehal (DP, ex-Modem devenue LREM) s'exprimant lors d'une question d'actualité sur l'organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024 en Seine Saint-Denis (93).

C'est alors que Thomas Lauret joue de la mobilité de son visage.

Physique d'acteur, mimiques de comédien, il n'est pas du jardin mais de l'Hôtel de Ville.

Thomas Lauret est solidaire des sportifs, écarquille les yeux, hausse les sourcils, dodeline de la tête, passe la main sur son cou à la recherche d'un second souffle. Les lèvres sont sèches, la langue les humecte. Au bout de l'effort, il tire légèrement la langue.

Quand l'oratrice évoque le sport et le "dépassement de soi", Thomas Lauret vit ses propos et pense sans doute aux valeureux sportifs qui, au bout de l'effort, arrivent épuisés en tirant la langue.

A quoi pense Thomas Lauret ?

Fadila Mehal, conseillère de Paris du 18e arrondissement, achève sa question. Quelques minutes plus tard, Thomas Lauret est prêt pour la sienne. Il va intervenir sur les voies réservées aux véhicules propres auxquelles l'exécutif de la Ville de Paris ne s'intéresse pas.

C'est un thème auquel il pense beaucoup.

Au-delà de cela, il suivra les objectifs du Plan Climat "même si les résultats seront difficiles à évaluer à échéance d'une trentaine d'années".

Thomas Lauret est toujours dans l'action : il fait un geste de la main qui peut signifier"Au revoir ! Dans 30 ans, nous ne serons plus là !"
 




Vaea Devatine
Journaliste tahitienne. Formations universitaires modestes, en droit, en sciences sociales... En savoir plus sur cet auteur

Tahiti | Région Pacifique | Paris Ile-de-France | Scope | Paris News Post | France Europe | A l'étranger | Cités


Facebook
Twitter
Newsletter
YouTube


Actualités, la boîte à archives

 

La CEDH condamne la violation de la liberté d’expression : les explications

 

Dans cette affaire, deux policiers syndiqués sont attaqués par un maire pour leurs propos.