Une guillotine à l’Hôtel Drouot

Vente aux enchères à l'Hôtel Drouot dans le 9e arrondissement de Paris.


Quand un commissaire-priseur remplace un général pour présenter la guillotine dite « des Armées de la République ».


15 Juin 2011 - 07:35
     

Ce n'est pas une oeuvre représentant Salomé, la créature aux sept voiles qui décapitait après sa danse sensuelle ses amants, mais bel et bien une guillotine des armées révolutionnaires qui est mise aux enchères à l’Hôtel Drouot, salle 4 à 13h30. Visible depuis le 14 juin 2011 elle l'est encore le 15 juin 2011 entre 11h et 12h.

Si cette guillotine n’a pas de rapport avec l’instruction judiciaire en cours qui menace l’Hôtel Drouot et des professionnels de l’art, un bruissement parcourt les couloirs sur la coïncidence, le funeste présage ou, au contraire, la symbolique du tranchement du passé, pour un nouvel essor des ventes aux enchères publiques.
Mais quelle sera l’histoire de cet objet d’Histoire ? Aujourd'hui, cette guillotine rejoindra-t-elle le patrimoine public ou une collection privée ? Si c'est un collectionneur, sera-ce un avocat général, lointain descendant professionnel de l'accusateur public, qui se portera acquéreur, ou bien un avocat pénaliste, ou encore un club républicain, à moins que ce ne soient des descendants des Chouans ? Car c’est une authentique guillotine du XVIIIème siècle qui est présentée par l’étude Delorme - Collin du Bocage, commissaires-priseurs à Paris. Elle est dite « des Armées de la République », expression qui désigne les 15 armées révolutionnaires réorganisées en 1793 par Lazare Carnot, membre du Comité de Salut Public. Et c’est sous le commandement du général Hoche que les « bleus », les armées de la Révolution (ndrl : au XXème siècle, on les appellerait plutôt les « rouges »), ont mis fin à la guerre de Vendée (1793-1796). La guillotine a été l’un des instruments de « pacification » des Chouans et des historiens n’hésitent pas à évoquer un génocide.
Le Docteur Guillotin qui siégea à l’Assemblée constituante, voulait abréger les souffrances des condamnés. Il fit adopter une nouvelle machine conçue pour les couper, rapidement appelée « Louisette » ou « guillotine ». Et Guillotin finira sa vie en l’expérimentant.
La guillotine - Crédits : Etude Delorme - Collin du Bocage.
La guillotine - Crédits : Etude Delorme - Collin du Bocage.

Paul Quilès, ancien candidat malheureux à la Mairie de Paris et ancien Ministre socialiste s’était exclamé peu après la victoire de François Mitterrand en 1981 : « Mais il ne faut pas non plus se contenter de dire de façon évasive comme Robespierre à la convention du 17 thermidor 1794 'des têtes vont tomber', il faut dire lesquelles et le dire rapidement ! » Cela lui avait valu le surnom de Robespaul.
La guillotine demeure le symbole de l’exécution capitale. Celle qui est mise en vente est en bois, fer, acier et cuivre. Elle est à taille humaine avec ses 3 mètres de haut, 1,75 mètre de large et 2,30 mètres de long. L'estimation est entre 100.000 € et 150.000 €, frais de vente en sus de 23,92 % ; le panier pour recueillir les têtes n’est pas offert.
C'est un souvenir historique dont la vue vous glace. Mais n'est-elle pas, par elle-même, un objet pédagogique ? Cela pencherait pour que l'Etat décide de l'acquérir. En ce cas, lorsque le marteau tombera avec l’exclamation « adjugé », que l’adjudicataire, imprégné d’émotions, se sentira possesseur de la guillotine, quelqu’un dans la salle se lèvera pour ajouter : « sous réserve de l’exercice du droit de préemption de l’Etat ». Et l’Etat aura quinze jours après la vente pour se décider, acquérir ou renoncer.
Mais les finances de la France étant ce quelles sont, ce sera peut-être un étranger, admirateur de notre pays et friand d'histoire qui s’enflammera pour le rasoir républicain. Attention quand même, lorsque l'on participe à une vente aux enchères, l'adage dit qu'il faut en éviter la fièvre et ne pas perdre la tête. Il n'a jamais aussi été approprié.

 
La guillotine - Crédits : Etude Delorme - Collin du Bocage.
La guillotine - Crédits : Etude Delorme - Collin du Bocage.

En savoir plus

Articles : 
- 23 juin 2011 : La guillotine se vend mieux à Paris qu'à Bruxelles.
- 17 juin 2011 : 223 056 € pour une guillotine révolutionnaire.

Partie 1 : La Terreur sous la Révolution aurait-elle pu être évitée il y a 220 ans ?
Partie 2 : La Terreur sous la Révolution aurait-elle pu être évitée il y a 220 ans ?
Partie 3 : La Terreur sous la Révolution aurait-elle pu être évitée il y a 220 ans ?
Partie 4 : La Terreur sous la Révolution aurait-elle pu être évitée il y a 220 ans ?
Partie 5 : La Terreur sous la Révolution aurait-elle pu être évitée il y a 220 ans ?
Partie 6 : La Terreur sous la Révolution aurait-elle pu être évitée il y a 220 ans ?
Partie 7 : La Terreur sous la Révolution aurait-elle pu être évitée il y a 220 ans ?
Partie 8 : La Terreur sous la Révolution aurait-elle pu être évitée il y a 220 ans ?
Partie 9 - dernière partie : La Terreur sous la Révolution aurait-elle pu être évitée il y a 220 ans ?

24 septembre 2012 : « La République est une et indivisible » depuis 220 ans
22 septembre 2012 : 220e anniversaire de la naissance de la République.
10 août 2012 : 220e anniversaire de la chute de la Monarchie.

- 5 octobre 2011 : Qui convoite la place au métro Convention ?
- 22 juin 2011 : Le Maire de Paris ne connaît pas la rue Thiers.

Articles liés :




Journaliste, coordinateur des articles sur l'histoire, culture et politique, ventes aux enchères. En savoir plus sur cet auteur





E riro 'outou i te au / Vous pourriez également aimer / You might also like
< >

Lundi 25 Octobre 2021 - 16:19 Portes ouvertes d'Anvers aux Abbesses

Tahiti | Région Pacifique | France et Europe | Paris Ile-de-France | Paris News Post | Editions | Cités


ACCUEIL

Newsletter
Facebook
Twitter
YouTube


 

La boîte à archives


Un élu peut être critiqué plus librement que les citoyens ordinaires

La France a été condamnée par la Cour Européenne des Droits de l’Homme le 6 octobre 2011 pour avoir violé la liberté d’expression.

L'invective politique dans le cadre du mandat syndical fait partie intégrante du droit à la liberté d'expression.

Un élu peut-il faire condamner des syndicalistes un peu trop critiques à son égard ? L'invective politique dans le cadre du mandat syndical peut-elle être sanctionnée par les juges ?

Dans la décision de la Cour Européenne des Droits de l’Homme du 6 octobre 2011, l'invective politique dans le cadre du mandat syndical fait partie intégrante du droit à la liberté d'expression.

Dans cette affaire, deux syndicalistes de l’Union syndicale professionnelle des policiers municipaux (USPPM) distribuent des tracts : une fonctionnaire de police, ayant eu un litige avec un maire, ayant été sanctionnée par celui-ci et mise en cause dans deux numéros du bulletin municipal, porte plainte pour injures publiques et subornation de témoin.
Ils sont attaqués par le maire pour des propos, selon celui-ci, "clairement diffamatoires", dans le but de le discréditer en tant qu’élu aux yeux de la population de sa commune.

Maître Gérard Ducrey , Avocat au Barreau de Paris commente pour Paris Tribune la décision de la Cour Européenne des Droits de l’Homme du 6 octobre 2011. Une décision qui doit inciter les élus de Paris à ne pas demander à des juges d’arbitrer le débat public, même polémique, car il participe à la société démocratique.

Vaea Devatine