Une publicité retirée du métro parisien à la demande de la Mairie de Paris et d'élus de l'exécutif

Inégalité de traitement entre les thèmes dits misandres et misogynes.


L'Adjoint au Maire de Paris au sport et au tourisme, les élus Communistes et Ecologistes de Paris font retirer une publicité d'AccorHotels Arena.


25 Octobre 2015 - 18:38
     

@AccorH_Arena sur Twitter © capture d'écran.
@AccorH_Arena sur Twitter © capture d'écran.
Le groupe AccorHotels Arena, qui a donné son nom le 14 octobre 2015 à l'ex-Palais omnisports de Paris Bercy dans le 12e arrondissement, affirme avoir demandé à faire retirer la publicité "Le seul lieu où les femmes sont à vos pieds" dès le jeudi 22 octobre 2015.
Dans un communiqué du 23 octobre 2015, les deux co-présidents du Groupe Ecologiste de Paris (GEP)  des 10e et 11e arrondissement au conseil de Paris déplorent le caractère "misogyne" de la publicité : "à côté d’une joueuse de tennis à genoux sur un court, on peut lire 'Le seul lieu où les femmes sont à vos pieds' ". Le président du Groupe Communiste et Parti de Gauche élu du 12e arrondissement parle de "sexisme".
L'adjoint au Maire de Paris en charge du sport et du tourisme (ex-Modem puis Non-Inscrit puis Centre et Indépendant au conseil de Paris entre 2008 et 2015) a demandé à la société de faire retirer la publicité.
Le 23 octobre 2015 à 14h39 sur Twitter, le groupe AccorHotel Arena déclare :

 
"AccorHotels Arena regrette que sa campagne de communication ait suscité des réactions négatives
et fait donc retirer le visuel en question".

Toutes les publicités ne font pas réagir la Mairie de Paris ou les élus de la même façon : c'est le cas lorsque des publicités jugées misandres sont affichées dans le métro, par exemple avec "Adopte un mec.com", ou lorsque la RATP fait retirer une affiche pour un concert en soutien aux Chrétiens d'Orient
Pour les défenseurs de la publicité, cette dernière a un rôle de créateur d'oeuvres d'art qui peuvent choquer.






Tahiti | Région Pacifique | Paris Ile-de-France | Scope | Paris News Post | France Europe | A l'étranger | Cités


Facebook
Twitter
Newsletter
YouTube


Actualités, la boîte à archives

 

La CEDH condamne la violation de la liberté d’expression : les explications

 

Dans cette affaire, deux policiers syndiqués sont attaqués par un maire pour leurs propos.