Violeur interpellé grâce à la vidéoprotection

Mauvaise rencontre à la station de métro Trocadéro dans le 16e arrondissement de Paris.


La vidéosurveillance permet de confondre le suspect.


4 Mars 2011 - 16:41
     

© illustrez-vous - Fotolia.com
© illustrez-vous - Fotolia.com
Le 5 février 2011, une jeune femme s’apprête à quitter la station de métro Trocadéro dans le 16e arrondissement de Paris. Il est 22 heures. Elle croise un groupe d’individus, l’un d’eux se place devant elle, lui bloquant le passage, un autre s’est positionné dans son dos : il passe la main sous sa jupe et, par pénétration digitale, la viole. Le reste du groupe, assiste à la scène, puis s’enfuit. La victime, choquée, réalise en outre que son portefeuille lui a été volé.
La sous-direction régionale de la police des transports (SDRPT) est chargée des investigations. Les images de vidéoprotection permettent aux enquêteurs de suivre le cheminement de la bande jusqu’à la gare RER de Chenay-Gagny (93). Les policiers locaux identifient immédiatement les 9 membres, âgés de 16 à 17 ans.
A partir de clichés, la victime désigne ses deux agresseurs. Ils sont interpellés le 14 février 2011 à leur domicile.
Celui qui s’était placé derrière la jeune fille et sur lequel pèse les soupçons de viol reconnaît être l’auteur du vol mais n’admet qu’une "main aux fesses appuyée", justifiant son geste par l’envie de séduire. Son complice confirme ces déclarations.
A l’issue de leur garde à vue, ce dernier est laissé libre, son collègue est déféré au Parquet de Bobigny.

Source : Service de la communication de la préfecture de police de Paris.





Océanie | Région Pacifique | Paris Ile-de-France | Scope | Paris News Post | France Europe | A l'étranger | Cités


Facebook
Twitter
Newsletter
YouTube


Actualités, la boîte à archives

 

La CEDH condamne la violation de la liberté d’expression : les explications

 

Dans cette affaire, deux policiers syndiqués sont attaqués par un maire pour leurs propos.