Paris : élection "surprenante ou amusante" d'un nouvel adjoint à la mairie du 8e arrondissement

Installation d'un nouvel adjoint au conseil du 8e arrondissement.


Le conseil du 8e arrondissement a du mal à délibérer.


22 Juin 2018 - 16:15
     

André Tiloy (au centre) élu adjoint au maire du 8e arrondissement de Paris © VD / PT
André Tiloy (au centre) élu adjoint au maire du 8e arrondissement de Paris © VD / PT
André Tiloy préfère ne pas s'arrêter à ce détail : il est élu au troisième tour adjoint au maire du 8e arrondissement.

Le mardi 19 juin 2018 à 19h, Jeanne d'Hauteserre (LR), Maire du 8e arrondissement depuis 2014, félicite André Tiloy (Parti Chrétien Démocrate) faisant son entrée au sein du conseil d'arrondissement suite à la démission, pour raison de santé, d'Erika Duverger (groupe UDI-Modem), ex-première adjointe et adjointe à la Culture et aux Affaires européennes.

Elle procède ensuite à l'élection d'un nouvel adjoint au maire, au scrutin secret et à la majorité absolue. Le conseil ne décide pas de modifier le nombre d'adjoints, fixé à quatre.

Un appel à candidature au poste d'adjoint au maire est lancé : André Tiloy postule. "Quelle délégation ?" interroge Eve Desbonnets (LR). Réponse de Jeanne d'Hauteserre : "Conseils de quartier et Démocratie participative, et il a accepté."

La séance est suspendue "pour que chacun puisse réfléchir à la candidature". Réponse d'une élue : "Je vais réfléchir avec moi-même !"

Tout conseiller peut se porter candidat au poste devenu vacant, y compris les autres adjoints qui voudraient prendre le rang de l'adjoint démissionnaire.

Le conseil n'envisage pas non plus la possibilité que le nouvel adjoint puisse occuper le même rang que l'élue dont le poste est devenu vacant. Le nouvel adjoint prendra donc rang après tous les autres. Les adjoints montent d'un rang par rapport à leur position initiale sur la liste : le 2e adjoint Vincent Baladi (LR) devient premier adjoint, le 3e adjoint Grégoire Gauger (LR) devient 2e adjoint, le 4e adjoint Bérengère de Reyniès (sans étiquette) devient 3e adjoint. Le procédé est automatique.

L'élection est ouverte. Les opérations de vote sont organisées dans les conditions réglementaires, avec deux assesseurs parmi les fonctionnaires de la mairie d'arrondissement.

Le conseil d'arrondissement a du mal à délibérer

A la surprise du public nombreux présent, les élus de la majorité n'arrivent pas à faire élire le nouvel adjoint à la majorité absolue, ni au premier tour, ni au deuxième tour. Un vote "surprenant ou amusant" : les élus votent à trois reprises pour élire le nouvel adjoint au maire du 8e arrondissement. 

Résultats du premier tour : des bulletins nuls ; 1 bulletin avec le nom de François Lebel, 1 bulletin marqué "Barlis" ("ce n'est pas moi" ! précise Corine Barlis, PS) ; 1 enveloppe sans bulletin, et 6 bulletins pour André Tiloy.

Résultats du deuxième tour : des bulletins nuls ; 1 bulletin avec le nom de François Lebel, 1 bulletin avec le nom de Marc Pacheco ; 1 enveloppe vide, et 6 bulletins pour André Tiloy.

"13 divisé par 2..." : Charles Beigbeder suit le vote. Il n'y a pas de majorité absolue pour son voisin de table.

Arrive le 3e tour où seule la majorité relative est demandée. "Vous acceptez que je ne ferme pas (l'urne) à clé ?" interroge une fonctionnaire.

Résultats du troisième tour : des bulletins nuls ; 1 bulletin avec le nom de Charles Beigbeder ; 2 enveloppes vides, et 6 bulletins pour André Tiloy.

Vu le nombre de conseillers présents à l’appel n’ayant pas pris part au vote, vu le nombre de votants, vu le nombre de suffrages déclarés nuls, vu le nombre de suffrages exprimés, André Tiloy est élu 4e adjoint au maire à la majorité relative.

Le mystère de la 6e voix

Le vote est secret mais il n'est pas impossible de s'amuser au jeu des devinettes : qui a voté pour André Tiloy ?

Sans aucun doute, la majorité d'arrondissement a voté en faveur du nouvel adjoint : Jeanne d'Hauteserre, Vincent Baladi, Grégoire Gauger, André Tiloy, et le vote de Pierre Lellouche (LR), celui-ci ayant donné son pouvoir à Jeanne d'Hauteserre.

Une sixième personne, parmi les autres élus présents, a aussi voté pour André Tiloy. Mais qui ?

De Catherine Lecuyer (LR) à Eve Desbonnets (LR), ou encore de Marc Pacheco (En Marche) à Sophie Boyer-Chammard (sans étiquette), en passant par Charles Beigbeder (non-inscrit) sans oublier Corine Barlis (PS), qui est la 6e voix pour le candidat André Tiloy ? Mystère !

Interrogé, un élu n'ayant pas voté pour le nouvel adjoint reconnaît l'avoir fait, non pas pour des raisons personnelles contre André Tiloy, mais parce qu'il était le candidat de la Maire d'arrondissement et il fait les frais du jeu politique dans le 8e. L'objectif, pour les opposants, était de montrer, "une nouvelle fois", que la maire d'arrondissement n'a plus la majorité absolue parmi les élus.

Les mots de remerciement

André Tiloy, ayant obtenu la majorité des suffrages exprimés, est proclamé adjoint au maire. Il est immédiatement installé.

Les indemnités du nouvel adjoint ne sont pas évoquées, pas plus que le montant de l'indemnité brute mensuelle (taux, indice), ni s'il y aura un changement dans les indemnités attribuées aux autres élus rémunérés.

Le nouvel adjoint élu prononce un mot de remerciement, concis, dans lequel, après avoir remercié ceux qui l'ont élu, il rend un triple hommage : à Erika Duverger"pour la qualité des événements qu'elle organisait, l'énergie qu'elle y a consacré, et le goût dont elle fait preuve" , à l'arrondissement "qui est non seulement beau et qui abrite des institutions prestigieuses", et aux habitants du 8e "des habitants exigeants et j'espère être à la hauteur de cette exigence".

Il souligne également le nécessaire esprit d'équipe dont les élus doivent faire preuve : 
 
(...) Le vote, je ne sais pas s'il était surprenant ou amusant, je ne m'y arrête pas. Je me souviens surtout des bons moments passés avec chacun de vous, et je suis heureux de rejoindre cette équipe avec chacun de vous (...). J'essaierai de m'employer, à travers cette délégation (...), (à) une bonne communication entre les habitants, leurs désirs et les institutions politique et administrative (...), où chacun peut prendre sa place dans notre société".


Il n'oublie pas un mot pour la Maire du 8e arrondissement :
 
(...) Je suis heureux aussi de retrouver Jeanne, car je suis convaincu que ce qu'elle fait, elle le fait pour le bien de l'arrondissement, et j'espère avec elle oeuvrer à cela (...).
André Tiloy, adjoint au maire du 8e arrondissement.


Alors que Jeanne d'Hauteserre aborde la dernière partie de son mandat avant les municipales, l'élection d'André Tiloy renforce son équipe avec de probables nouvelles propositions en direction des habitants. 
 

En savoir plus





Vaea Devatine
Formations universitaires modestes, en droit, en sciences sociales appliquées, en langues et... En savoir plus sur cet auteur





E riro 'outou i te au / Vous pourriez également aimer / You might also like
< >

Lundi 25 Octobre 2021 - 16:19 Portes ouvertes d'Anvers aux Abbesses

Tahiti | Région Pacifique | France et Europe | Paris Ile-de-France | Paris News Post | Editions | Cités


ACCUEIL

Newsletter
Facebook
Twitter
YouTube


 

La boîte à archives


Un élu peut être critiqué plus librement que les citoyens ordinaires

La France a été condamnée par la Cour Européenne des Droits de l’Homme le 6 octobre 2011 pour avoir violé la liberté d’expression.

L'invective politique dans le cadre du mandat syndical fait partie intégrante du droit à la liberté d'expression.

Un élu peut-il faire condamner des syndicalistes un peu trop critiques à son égard ? L'invective politique dans le cadre du mandat syndical peut-elle être sanctionnée par les juges ?

Dans la décision de la Cour Européenne des Droits de l’Homme du 6 octobre 2011, l'invective politique dans le cadre du mandat syndical fait partie intégrante du droit à la liberté d'expression.

Dans cette affaire, deux syndicalistes de l’Union syndicale professionnelle des policiers municipaux (USPPM) distribuent des tracts : une fonctionnaire de police, ayant eu un litige avec un maire, ayant été sanctionnée par celui-ci et mise en cause dans deux numéros du bulletin municipal, porte plainte pour injures publiques et subornation de témoin.
Ils sont attaqués par le maire pour des propos, selon celui-ci, "clairement diffamatoires", dans le but de le discréditer en tant qu’élu aux yeux de la population de sa commune.

Maître Gérard Ducrey , Avocat au Barreau de Paris commente pour Paris Tribune la décision de la Cour Européenne des Droits de l’Homme du 6 octobre 2011. Une décision qui doit inciter les élus de Paris à ne pas demander à des juges d’arbitrer le débat public, même polémique, car il participe à la société démocratique.

Vaea Devatine